Actualités

   Accueil > Zeste de Science : la nouvelle chaîne du CNRS qui donne du goût à la science !

Zeste de Science : la nouvelle chaîne du CNRS qui donne du goût à la science !

23 novembre 2017

Le 20 novembre 2017, « La science des ballons »1, le premier épisode de la nouvelle chaîne YouTube du CNRS Zeste de Science, a été dévoilé. Ce projet ambitieux du CNRS aborde la science sur un ton léger pour mieux l’expliquer. Marie Mora Chevais, directrice de production à CNRS Images et Loïc Bommersbach, responsable des médias sociaux du CNRS, nous en disent plus sur la création de cette nouvelle chaîne.

Zeste de Science, bande annonce
© CNRS

Pourquoi avoir créé une chaine de vulgarisation scientifique sur YouTube ?

Loïc Bommersbach : Zeste de Science aborde des sujets scientifiques à travers un média au format particulièrement attrayant pour les internautes âgés de 15 à 35 ans : des vidéos courtes, un ton décalé et un discours dynamique face caméra. Avec Zeste de Science, la science est « décomplexifiée » et rendue accessible au plus grand nombre. Notre défi : piquer la curiosité de ceux qui ne s’intéressent pas forcément à la science.


Comment avez-vous organisé la création de cette chaîne ?

Marie Mora : Zeste de Science est le fruit d’une réflexion commune entre la direction de la Communication (Dircom) et CNRS Images. Pour YouTube nous avons créé des contenus spécifiques avec les codes du genre. Nous faisons le pari que ces recherches étonnantes et pourtant sérieuses vont interpeler un public qui n’est pas particulièrement intéressé par la science. Zeste de Science n’est cependant qu’une première étape. À terme, le CNRS proposera une « galaxie » de chaînes aux contenus et publics visés spécifiques. Ce projet est une belle opportunité pour travailler en équipe avec les chercheurs, les instituts et la Dircom.


Quels types de vidéos propose Zeste de Science ?

© CNRS - "La science des ballons"

Marie Mora : Les vidéos courtes, d’environ deux minutes, décryptent une recherche actuelle à partir d’images produites par les laboratoires. Les épisodes sont présentés par des passionnés de sciences issus du milieu de la recherche mais également de la médiation scientifique. Les chercheurs qui fournissent ces images interagissent avec CNRS Images lors de l’écriture de l'épisode, car au-delà du ton humoristique et du format très vulgarisé, la validité du contenu scientifique publié est une priorité. Par ailleurs, la description de chaque épisode fournit les sources et contenus pour approfondir le sujet. Les internautes peuvent évidemment commenter les vidéos et poser des questions auxquelles nous répondrons avec le concours des scientifiques.


Qu’est-ce qui vous distingue des autres chaînes de vulgarisation scientifique ?

Loïc Bommersbach : Nous avons cette chance au CNRS d’avoir à disposition énormément de contenus de très grande qualité et d’être proche des équipes de recherche. Avec Zeste de Science, nous utilisons le style de YouTube pour mettre en avant ces contenus dans un format attrayant. Nos autres comptes aux présentations attractives séduisent déjà largement : 150 000 fans sur Facebook, 100 000 abonnés sur Twitter et 11 000 sur Instagram. L’ouverture de cette chaîne, qui allie vulgarisation de contenus scientifiques et relation directe avec le public, est une offre inédite en termes de communication au CNRS.


Quels sont vos objectifs en créant cette chaîne ?

Loïc Bommersbach : Ils sont multiples. Le CNRS évolue avec son temps et innove en terme de communication scientifique dans un monde où les images et le numérique sont prépondérants. Pour cela nous renforçons nos collaborations avec les vidéastes, créateurs, médiateurs et passeurs de science, présents sur ces plateformes afin de montrer l’étendue, la diversité et la richesse de la culture scientifique. En interne, ce projet renforce encore les liens entre les équipes afin d’ouvrir de nouvelles voies à la valorisation des travaux de recherche déjà réalisée dans les communiqués de presse, les articles dans CNRS Le Journal, CNRS News, CNRS Innovation, etc..). Pour appuyer cette stratégie, une cellule numérique a été créée au sein de la direction de la communication et a été renforcée par l’arrivée d’une nouvelle chargée de communication numérique, Léa Bello.

 

Propos recueillis par Marie-Edith Dorsinville

 

1 Deux épisodes inédits seront présentés dans le cadre du Forum du CNRS les 25 et 26 novembre à Paris.

 



 

 

Le CNRS Annuaires Mots-Clefs du CNRS Administration du CNRS CNRS Intranet CNRS Accueil Intranet CNRS Imprimer Contacts Crédits