Actualités

   Accueil > Vœux du président du CNRS, Alain Fuchs, pour 2017

Vœux du président du CNRS, Alain Fuchs, pour 2017

12 janvier 2017

 

Chères et chers collègues,

 
Portrait d'Alain Fuchs. © CNRS Photothèque / Francis VERNHET Alain Fuchs
© CNRS Photothèque / Francis Vernhet

L’année qui s’ouvre s’annonce importante à bien des égards pour notre pays comme pour le monde qui nous entoure. Deux scrutins récents nous ont alertés sur la montée en puissance de ce qu’il est convenu d’appeler la « post-vérité ». Il faut certes s’en inquiéter. Notre contribution, comme il se doit, est de mener les recherches nécessaires pour comprendre, expliquer, éclairer ce phénomène. Mais pas l’excuser.

En tant que Président du CNRS, je n’entends pas manquer à mon devoir de réserve mais j’entends bien user de mon devoir d’alerte ! J’ai eu l’occasion de répéter à plusieurs reprises ces derniers mois quel degré de fragilité avait atteint la recherche publique dans notre pays. Le CNRS continue de faire la course en tête mais pour combien de temps ? En matière de recherche tout se joue sur le temps long, nous devons donc tout faire pour ne pas laisser se défaire ce que nous avons réussi à construire collectivement.

Une évaluation scientifique du CNRS a été conduite par un comité international l’été dernier. Le rapport d’évaluation est très positif pour notre organisme. Il va être mis en ligne sur notre site dans les jours qui viennent. Plus généralement, la décennie qui vient de s’écouler a été exceptionnelle sur le plan des résultats scientifiques dans toutes les disciplines où la France est présente.

Ces performances scientifiques se reflètent en partie dans des indicateurs comme ceux du Nature Index ou le classement Reuters Top 25 Global Innovators qui place trois organismes de recherche français dans les 10 premiers innovateurs mondiaux. Certes, la qualité d’une recherche ne s’évalue pas par des chiffres, mais les indicateurs ne sont pas sans intérêt. Entre 2006 et 2016 huit prix Nobel ont été décernés à des scientifiques français, une performance comparable à celle des années 1900-1913 des Curie, Becquerel, Grignard, Sabatier, et qui n’avait jamais été égalée depuis ! Si l’on ajoute à ce palmarès les quatre médailles Fields décernées en 2006, 10 et 14, il ne se passe pas en moyenne une année sans qu’un savant français ne soit distingué par un des deux principaux prix scientifiques internationaux. 2016 a conclu cette décennie prodigieuse pour la science française avec le prix Nobel de Jean-Pierre Sauvage.

Ces résultats sont à mettre au crédit d’une politique qui remonte, non pas à un ou deux quinquennats mais aux années 60. Avant cela, la France avait été éclipsée du palmarès des Nations scientifiques pendant 30 ans, principalement faute de crédits. Pas d’argent pas de Nobel, pas de crédits pas d’inventions ni d’innovations. Rien n’est acquis pour toujours, nous devons nous en souvenir. La France doit sa remontée à un investissement régulier de la puissance publique dans la recherche, et à la confiance accordée aux opérateurs pour explorer l’ensemble du front de la connaissance. Il n’en faut pas beaucoup plus pour faire une stratégie.

Cette confiance, je crois qu’elle nous est accordée. Souhaitons qu’il en soit ainsi encore longtemps. Mais le CNRS a besoin de plus que d’un maintien de ses crédits, même si cette année encore nous avons réussi grâce à vos efforts conjugués à dégager les marges nécessaires pour réaliser plus de 600 recrutements. Le CNRS a besoin d’eux, le CNRS a besoin de vous, de ses personnels, de vous tous qui travaillez au développement d’une recherche libre, responsable, soucieuse du progrès économique et social.

Au nom de toute l’équipe de direction du CNRS, je vous en remercie et vous adresse mes vœux très sincères de réussite personnelle, de bonheur pour vous et celles et ceux qui vous sont chers.

Alain Fuchs

 
 
 
 
 
 
 
 

 

 

Le CNRS Annuaires Mots-Clefs du CNRS Administration du CNRS CNRS Intranet CNRS Accueil Intranet CNRS Imprimer Contacts Crédits